Tous les articles par fayon

Responsable du programme d'innovation ouverte Time To Test à La Poste, PhD, CDO, @fayon

DSI de l’année 2016 : la moitié des catégories en Transformation digitale

Le prix du DSI de l’année est un grand classique. Ce sera sa 17ème année. Les prix seront décernés le 25 janvier prochain à Paris. Ce prix est remis sous l’égide de la rédaction de IT for Business avec l’organisation de NewsCo Events. Ce sera à l’Intercontinental, Grand hôtel Opéra à Paris 9e. Il est possible de candidater pour l’un dex prix : aportet (chez) newscoevents.fr

Prix DSI de 'l'année

Il est intéressant de noter est que parmi les 6 prix décernés, la moitié est relative à la « transformation digitale » l’autre à la performance opérationnelle. C’est un très bon signe.

Ainsi nous avons les prix suivants :
• Catégorie 4 Transformation Digitale – PME
• Catégorie 5 Transformation Digitale – Grands Comptes
• Catégorie 6 Transformation Digitale – Service Public
Avec un Grand Prix décerné par le jury parmi toutes les catégories.

Ce qui est sûr – car beaucoup d’entreprises communiquent sur leur transformation digitale sans opérer des changements radicaux en profondeur sur l’ensemble des dimensions (Organisation, Produits et Services, Personnel, Technologie et Innovation, Environnement) – c’est que la transformation digitale (mot qui avait terminé 3e derrière selfie et smart city dans l’élection du mot numérique 2014) suscite une grande prise de conscience face aux risques d’ubérisation et de kodakisation de l’ensemble des secteurs de l’économie.

Maintenant au-delà de l’effet d’annonce il convient de réaliser cette transformation dans les faits et d’être appuyé sur un cadre méthodologique pour s’assurer que celle-ci est bien concrétisée ou s’il existe encore des leviers de progrès, notamment par rapport à des concurrents plus agiles ou tout simplement des nouveaux entrants, à l’image des fintechs dans le secteur bancaire qui viennent progressivement braconner sur les terres de clientèle des banques.

Le modèle de maturité digitale et le niveau atteint par une organisation

Le modèle de maturité digitale proposé dans le livre Transformation digitaleDIMM: Digital Integrated Maturity Model ou DIgital Maturity Model – permet d’effectuer des audits de la maturité numérique de tout type d’organisation à un instant t.

Avec les retours des praticiens du modèle et des consultants, celui-ci va évoluer avec la mise en place de coefficients pour une meilleure prise en compte de chacun des indicateurs selon leur importance respective.

In fine, une rosace résumant la maturité digitale d’une organisation est établie avec la notation globale (0 à 5) sur les 5 leviers : Organisation, Personnel, Technologie et Innovation, Produits et Services, Environnement. Celle-ci peut alors être comparée à une entreprise concurrente ou partenaire pour mieux connaître ses points forts et ses points à améliorer. Cette maturité est également rendue de façon “zoomée” selon les critères et les sous-critères composant chacun des leviers. Il est ainsi possible de bâtir pour chaque critère d’un levier une rosace de niveau 2.

En outre les approches sectorielles permettront d’affiner certains indicateurs pour lesquels le niveau de maturité (0 à 5) est différent selon le secteur considéré et ce pour un même résultat chiffré. Ainsi par exemple, une entreprise dans l’agro-alimentaire qui aurait un « ratio des capitaux investis dans le numérique par rapport à l’ensemble de ses investissements » (Indicateur O1.1.1) de 30 % pourrait avoir un meilleur niveau de maturité sur cet indicateur qu’une entreprise dans le secteur technologique pour laquelle ce ratio serait de 50 %.

Enfin, il existe un lien fort entre la maturité digitale d’une entreprise et sa performance. Et c’est à partir du diagnostic posé sur la maturité digitale que l’on peut tirer des conclusions et des recommandations sur la stratégie qu’elle devrait mener à l’avenir. Pour son développement ou tout simplement sa survie.

Nous travaillons à ce côté vivant et dynamique de l’outil.