Archives par mot-clé : diagnostic

Préparer l’après Covid-19 et la sortie du confinement

Ces dernières semaines ont été source d’inquiétude dans le monde entier. L’épidémie de coronavirus Covid-19 et le confinement massif qui en a découlé, a vu émerger le digital comme une réponse tactique à la poursuite de l’activité, pour ceux qui étaient prêts. Le télétravail, les visio-conférences, les web meetings et la collaboration en ligne sont devenus la norme, faisant les choux gras des éditeurs spécialisés. Cependant, le retour à la normale s’annonce laborieux, certains secteurs d’activité anticipant 12 mois, 18 mois voire 24 mois avant de retrouver une activité « normale ». Il faut donc dès maintenant se préparer à vivre cette nouvelle ère qui pourrait voir de temps en temps de nouvelles périodes de confinement plus ou moins stricte localement, et surtout des règles de vie et de distanciation physique visant à limiter la propagation du virus.

Se préparer, c’est d’abord faire un point objectif sur les forces et faiblesses de l’activité. Comment a-t-elle réagi face à la brutalité du nouveau contexte ? Comment s’adaptera-t-elle à un monde dans lequel la distance physique devient la norme ? Comment peut-elle généraliser les bonnes pratiques digitales qui ont permis à certaines entreprises de faire preuve d’une grande agilité pour encaisser le choc ?

Le modèle DIMM (Digital Internet Maturity Model) décrit dans notre livre Transformation digitale 2.0 permet de faire le point sur ces questions, et bien plus encore. Un diagnostic mené avec DIMM permet de montrer clairement les capacités digitales, en toute objectivité au regard des meilleures pratiques. C’est ainsi que Janssen France a réalisé un diagnostic de maturité digitale permettant d’obtenir, comme le souligne Céline Chevrier (@celine_chevrier), Digital & Data Center of Excellence Director, « une vision de la maturité digitale à 360 degrés, permettant de faire un benchmark en interne et aussi de se comparer avec les autres secteurs. »

Nicolas Henry (@niconickhenry), IT Director complète ce propos en présentant l’intérêt d’un diagnostic avec DIMM pour que les équipes digitales « donnent l’exemple ». Car pour relancer l’activité, il faudra mobiliser toutes les énergies. Ceux qui sont par nature plus en avance dans l’appropriation du digital dans leur métier, auront à entraîner les autres dans une dynamique positive, rassurante, bienveillante, en montrant comment ils progressent avec le digital.

Préparer la sortie du confinement, après avoir géré les urgences, c’est donc prendre un peu de recul, faire un tour d’horizon et identifier au plus vite les atouts digitaux sur lesquels capitaliser, et les axes de progression sur lesquels investir en priorité. Le DIMM est un formidable outil pour cela.

Pour en savoir plus sur le diagnostic de maturité digitale de Janssen France, lire le compte-rendu de l’événement #JungleDigitale du 3 mars 2020 organisé par Michaël Tartar avec le cabinet Execution Consulting.

Le modèle de maturité digitale et le niveau atteint par une organisation

Le modèle de maturité digitale proposé dans le livre Transformation digitaleDIMM: Digital Integrated Maturity Model ou DIgital Maturity Model – permet d’effectuer des audits de la maturité numérique de tout type d’organisation à un instant t.

Avec les retours des praticiens du modèle et des consultants, celui-ci va évoluer avec la mise en place de coefficients pour une meilleure prise en compte de chacun des indicateurs selon leur importance respective.

In fine, une rosace résumant la maturité digitale d’une organisation est établie avec la notation globale (0 à 5) sur les 5 leviers : Organisation, Personnel, Technologie et Innovation, Produits et Services, Environnement. Celle-ci peut alors être comparée à une entreprise concurrente ou partenaire pour mieux connaître ses points forts et ses points à améliorer. Cette maturité est également rendue de façon « zoomée » selon les critères et les sous-critères composant chacun des leviers. Il est ainsi possible de bâtir pour chaque critère d’un levier une rosace de niveau 2.

En outre les approches sectorielles permettront d’affiner certains indicateurs pour lesquels le niveau de maturité (0 à 5) est différent selon le secteur considéré et ce pour un même résultat chiffré. Ainsi par exemple, une entreprise dans l’agro-alimentaire qui aurait un « ratio des capitaux investis dans le numérique par rapport à l’ensemble de ses investissements » (Indicateur O1.1.1) de 30 % pourrait avoir un meilleur niveau de maturité sur cet indicateur qu’une entreprise dans le secteur technologique pour laquelle ce ratio serait de 50 %.

Enfin, il existe un lien fort entre la maturité digitale d’une entreprise et sa performance. Et c’est à partir du diagnostic posé sur la maturité digitale que l’on peut tirer des conclusions et des recommandations sur la stratégie qu’elle devrait mener à l’avenir. Pour son développement ou tout simplement sa survie.

Nous travaillons à ce côté vivant et dynamique de l’outil.